Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

L'anniversaire

L'anniversaire

Bonjour vous, mes fidèles lectrices et lecteurs ; depuis le mois de janvier vous me lisez et me découvrez à travers mes aventures ; avez-vous noté que celles-ci ont suivi chronologiquement et scrupuleusement le temps qui passe mois après mois ?

Nous voilà déjà en octobre.

Hier, c’était l’anniversaire de ma maman, le 15 octobre. La journée avait débuté comme tant autres… Peut-être un peu plus d’accolades, d’embrassades et d’euphorie chez les deux pattes. Pour moi, réveil, câlins, gamelles, promenades… J’ai dû squatter le jardin toute la journée prétextant que la maison devait rester propre : pas d’empreintes de patounes et de touffes de poils sur le carrelage. Enfin, dans l’après-midi, on m’avait invitée tout de même à rentrer.

Je me revois comme dans un film, toute frétillante et heureuse de mettre fin à ma solitude.

  • « Hummmmm ! Quelle bonne odeur ! » Je lève ma tête, hume l’air, ma truffe frissonne et s’ouvre pleinement. Ils se sont lancés dans la grande cuisine aux senteurs italiennes. Mes papilles me titillent tellement que mes babines laissent échapper un fin filet de bave qui s’étire mollement avant de s’écraser au sol.
  • « File sur ton tapis Ioda, je n’ai pas le temps de m’occuper de toi et tu baves de partout.  Grrr !

Penaude, je baisse la tête et me dirige vers mon coussin quand une odeur bien particulière vient de nouveau réveiller et énerver mes cellules olfactives. Discrètement, je change de direction et m’approche de la réserve : la salle aux mille trésors. L’odeur y est plus présente. J’y entre et aperçois sur l’étagère, à ma hauteur, un magnifique gâteau ressemblant à la Tour de Pise mais avec seulement quatre étages. Tout blanc, il trône sur un socle garni de fleurs et de tulles entrelacés. J’avance furtivement, tendant mon cou et m’imaginant le goût merveilleux de cette crème fondant sur ma langue et glissant le long de ma gorge.

  • « Non, il ne faut pas, je dois résister à cette folle envie de… »
  • « O rage ! O désespoir ! O gourmandise ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour commettre cette infamie ? »

Ma langue, à qui je n’ai rien demandé et encore moins commandé a caressé mollement les deux derniers étages de la tour laissant dans cette décoration de dentelle neigeuse une empreinte flagrante de son passage.

  • « Quelle horreur ! Il faut que je répare cette bêtise avant d’être prise la truffe dans le sac. »

Délicatement cette fois-ci, j’avance ma langue pour ramener un peu de cette crème sur la blessure béante du gâteau. Une fois par la droite, une fois par la gauche, j’essaie de colmater cette brèche qui ne fait que s’agrandir à chaque passage de mon appendice lingual sous mes yeux effarés.

  • « Hummmm ! Mais qu’est-ce que c’est bon… »

Je ferme les yeux de bonheur pour déguster cette douceur qui glisse et m’envahit… Quand tout à coup :

  • « Ioda ! Qu’est-ce que tu as fait ? Mais quelle horreur ! Elle a mangé mon gâteau ! File… Dehors ! Tu es une vilaine ! Oh ! Mon pauvre gâteau !

Je ne demande pas mon reste ; la queue entre les pattes, collée à mon ventre, je me précipite vers la porte que Maman ouvre. Au passage, elle me donne un coup de torchon sur le dos tout en pestant et m’injuriant avec des adjectifs que je préfère vous taire.

Enfin les invités arrivent et mon isolement dans le jardin prend fin.

Pour le reste de la soirée, je préfère me faire toute petite sur mon coussin devant la cheminée afin de ne pas raviver la colère de maman.

La fête bat son plein, soudain les lumières s’éteignent. Le gâteau est amené au son d’une musique orientale tonitruante et un tonnerre d’applaudissements. Une pluie d’étincelles l’illumine.


Il n’est plus aussi majestueux, il n’a plus ses quatre étages, il ressemble maintenant à la pyramide de Chéops aux côtés bien plats sans aucune dentelle et aux dimensions plutôt modestes.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article