Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

Ioda à l'école

Ioda à l'école

Samedi ! Nous sommes samedi ! Youpi, j’ai école ! Chouette alors !

Un jour par semaine ce n’est pas beaucoup ; certains petits humains trouveraient cela suffisant mais pas moi, j’aime trop l’école.

J’y vois des copines et des copains avec qui je papote. Certains diraient que je leur grogne dessus, mais ils ne comprennent rien au langage des toutous et ils pensent toujours que je les dispute. C’est complètement faux. Nos jeux ne ressemblent en rien à ceux des Hommes, nous nous poursuivons, nous nous attrapons, nous nous bousculons et nous roulons au sol tout en grognant et couinant pour stopper l’autre dans son élan chahuteur. Ceux sont des jeux de chiens rien de plus, vigoureux, tapageurs et surtout sans réelle méchanceté. Bon ! C’est vrai que des fois pris dans l’excitation nous allons un peu fort et nous oublions qu’il ne faut pas serrer les crocs sur le cuir du copain.

Samedi, c’est la foire aux caresses, Dames et Messieurs viennent me voir à l’attache entre les cours pour me dire bonjour, ils flattent mon flanc et certains courageux vont même jusqu’à me gratouiller la tête. Hum ! Qu’est-ce que cela est agréable ! Dans mon cas, ils ne sont pas très nombreux tout de même à s’approcher ; seuls les anciens osent. Il faut dire qu’attachée je ne suis plus tout à fait la même. Je les appelle énergiquement et leur indifférence peut m’irriter ; alors j’insiste et montre mes crocs bien blancs, mais ma queue remue pour les rassurer. Aussi je dois avouer que certaines fois je ressemble plus à un cerbère qu’à une gentille chienne quémandant caresses et friandises. Ma maman, certains l’appellent Dame Dragonne, mais de nous deux c’est bien moi la plus dragonne. Nous faisons la paire !

Samedi, jour studieux, pendant nos cours d’éducation canine on nous apprend à bien nous tenir en société, un peu comme vous à l’époque où la morale et l’instruction civique étaient apprises à l’école. On ne nous transforme pas en chiens savants pouvant faire des saltos avant et arrière ou autres sauts périlleux, on nous apprend à bien vivre avec notre famille humaine et à bien nous comporter dans la vie de tous les jours.  C’est l’occasion de passer des moments très particuliers avec ma maman sans oublier l’opportunité de me goinfrer de récompenses. C’est ainsi qu’elle appelle ces petites choses bien gouteuses qu’elle me distribue généreusement quand je lui obéis et quand je suis sage et avenante avec mes congénères. Ça je l’ai bien compris et je vous prie de croire que je ne gêne pour la rappeler à l’ordre quand elle oublie de me récompenser en lui donnant des coups de museau sur son bras gauche. Elles ne sont pas bien grosses mais le nombre en fait l’intérêt.

Il arrive à ma maman d’avoir des idées originales pour agrémenter ses cours, pour qu’ils soient plus plaisants. On nous initie à l’agility. Oh ! pas comme dans les concours, il ne faut pas exagérer, à l’ACF nous faisons tout en dilettante. C’est tout juste si certains de mes copains ne choisissent pas les obstacles à passer, dans l’ordre qu’ils le souhaitent sans écouter leur maître. De vraies peaux de vache, ils s’amusent comme des fous à les faire courir derrière eux et les tournent en ridicule.

Moi, je suis sage, je vous l’ai déjà dit, j’aime obéir à ma maman. Dans cette discipline c’est surtout parce que nous sommes une vraie équipe toutes les deux et que le rire de satisfaction de maman est ma plus grande récompense.

Il nous arrive de faire de la danse en ligne avec de la musique. Oh ! pas de la country, certains adhérents trouvent cela ringard, moi j’aime bien et maman aussi. Mickael Jackson, Lady Gaga et Soprano nous ont déjà prêté leur rythme pour ces exercices. Il est assez difficile de nous déplacer en ligne à quelques centimètres des fesses, des côtes ou du museau de l’autre, mais nous nous appliquons. Nous nous suivons, nous nous croisons, nous marquons les angles aussi bien que les chevaux du Cadre Noir. Pour la fête du jumelage de La Ferté-sous-Jouarre avec la ville de Zuffenhausen… à vos souhaits, avec un nom pareil… nous avons donné une démonstration de notre savoir sur l’esplanade du champ de foire.

Maman voulait que cela soit grandiose aussi notre carrousel s’est déroulé au son de l’hymne européen. J’espère que vous savez que cette mélodie est de la 9ème symphonie de Beethoven et qu’on l’appelle aussi « l’Ode à la joie ». Pour parfaire l’image de notre entente cordiale franco-allemande, nous avions des colliers de fleurs aux couleurs des drapeaux français et allemand. Nous avons été ovationnés. On n’était pas peu fier de notre exhibition. 

Samedi ! Nous sommes samedi ! Youpi, j’ai école !

Depuis quelques mois nous vivons étrangement mais cette nouvelle vie faite de deux superbes balades, une matinale et une au couchant me convient parfaitement. De plus, la présence quasi totale de ma maman à la maison, même son sport elle le fait à deux pas de ma couche est un pur bonheur. Vos confinements et couvre-feux ne m’attristent pas, bien au contraire, à la différence de certains d’entre vous, humains, qui semblaient les vivre très mal.

Samedi, l’école a repris. C’était mon cadeau de Noël !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article