Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

La Chanteuse

La Chanteuse

Fanny habite le petit hameau de Courcelles sous Jouarre situé au bord du petit Morin dans la vallée qui porte son nom. Pour rien au monde, Fanny ne quitterait ce bout de Brie qu’elle aime de tout son cœur mais Fanny a un faible pour la ville lumière, Paris qu’elle sillonne de temps en temps au gré de ses envies culturelles. Toujours elle revient dans sa campagne avec des étoiles plein les yeux mais sans regret.

Le monde de Fanny est simple : son mari Antoine, sa campagne, un peu de musique, un peu de cinéma et beaucoup de lecture. Elle a déjà écrit quelques nouvelles que son imagination  sans fin invente au fil de ses impressions. Elle a une amie, Alexandra qui tout en s’émerveillant de cette imagination très prospère lui remet les pieds sur terre. Fanny est une grande rêveuse qui confond parfois ses idées et la réalité, mais c’est un vrai régal pour Alexandra qui l’écoute attentivement.

Ce week-end, elles ont décidé d’aller assister à une représentation dans un cabaret parisien. Les maris de nos deux amies ont d’autres projets, elles partiront donc seules écouter cette nouvelle chanteuse dont elles entendent beaucoup de bien.

Dans la voiture, elles devisent avec  passion sur leurs sujets de prédilection, leurs lectures. Elles font des projets et arrivent sans encombre à Paris.

Plus tard, bien installées en face de la scène Fanny et Alexandra patientent. Fanny observe les alentours, n’en perdant pas une miette tel un photographe en chasse tandis que Alexandra commande les boissons.

Quand la chanteuse arrive sur scène, les applaudissements retentissent. Petite, menue, brune, coiffée d’une coupe au carré et portant une robe  grise pailletée, courte avec des franges, elle est très « sexy » commente Alexandra. Elle chante d’une voie éraillée mais puissante qui donne des frissons à Fanny.

Les mélodies se succèdent et les textes touchent les auditeurs au cœur. Elle chante aussi à sa manière le répertoire d’artistes connus. Fanny est conquise par les chansons et par la chanteuse.

La mélodie coule dans son corps comme un philtre et transporte notre amie  ailleurs.

Un bref instant, elle croise le regard de l’artiste qui lui sourit des yeux. Elle chante avec amour. Elle aime son art. Parfois, elle se déhanche, le bas de sa robe courte se soulève et dévoile de belles cuisses longues et sveltes. Une bretelle de sa robe tombe sur un bras dévoilant une poitrine menue qui se gonfle sous l’effet de sa respiration.

La salle se tait, en attente. Quand elle termine son tour de chant, les spectateurs se lèvent, enthousiastes pour applaudir avec fracas. La chanteuse salue son public et en se relevant elle envoie des deux mains des baisers à son public …et adresse un clin d’œil à Fanny qui n’en croit pas ses prunelles écarquillées, ni ses oreilles douloureuses, ni son cœur qui bat la chamade !

Émue, elle sent les larmes lui monter aux yeux. Quel bonheur, c’est aussi beau qu’un poème de Rimbaud se dit-elle.

Encore sous le charme, Fanny et Alexandra quittent le cabaret pour terminer la soirée en dinant dans un restaurant, puis elles rentrent toujours dans l’ambiance du tour de chant.

Leurs oreilles bourdonnent. Elles ne trouveront pas le sommeil cette nuit, c’est sûr. Fanny le sait, la chanteuse hantera ses pensées pendant quelques semaines, la transportant ailleurs.

Surtout, Fanny a une impression confuse de déjà-vu. Non pas du spectacle mais de la chanteuse.

Dans la voiture qui les ramène en Seine et Marne, Fanny fait part de ses pensées à son amie qui bougonne :

  • Ah non, ça ne va pas commencer ! Je te connais : tu es sous l’effet du charme et ton imagination travaille. Que vas-tu encore inventer ?! Où aurais-tu rencontré cette chanteuse dans notre campagne ?

Fanny n’ose pas répondre. Elle soupire, se tait et rêve.

Ce qu’elle avait prévu arrive. Elle vit pendant quelque temps sous l’effet de sa soirée, puis un jour, la magie disparait et le beau souvenir trouve sa place dans son cœur. Elle  pense déjà à autre chose quand Alexandra lui propose de passer à la Tour de Jouarre où elle veut acheter des produits du terroir.

Fanny aime ce bourg pour deux raisons : c’est le berceau de sa famille, et l’architecture de l’Abbaye est millénaire et flatte son goût des vieilles pierres et de l’histoire.

Pourtant, elle connait mal la religion, mais elle fréquente le magasin de la Tour et apprécie quand elle y entre  ce calme pénétrant qui y règne.

Elle commence à connaitre les sœurs qui l’accueillent toujours avec amabilité.

Ce jour là, donc, elle flâne dans les rayonnages comme d’habitude. Son amour des livres la pousse à examiner ceux qui trônent sur les présentoirs même s’ils parlent de religion.

Pour elle, ce sont des légendes, comme la mythologie où la truculence des Dieux lui plait bien. Dans cette mythologie là, c’est moins drôle mais quand même, elle aime beaucoup Noé.

Juste à côté d’elle, une religieuse s’affaire qui remplit les étagères de disques compacts. Il s’agit de musique religieuse et à part le gospel, Fanny n’est pas attirée.

Quand la sœur lève la tête, elle lui adresse un sourire engageant. Fanny la reconnait, c’est sœur Cécile. Elle l’a déjà vue plusieurs fois derrière son guichet petite et grise sous son voile aplati…. Fanny détaille  la petite femme qui a repris son ouvrage.

Pendant ce temps, Alexandra empile des marchandises sur le guichet et la sœur s’approche, elle grimpe sur le tabouret avec agilité et discute gentiment avec sa cliente.

Fanny s’approche, perplexe. Elle dépose sur le comptoir un pot de confiture pour Antoine, paie, remercie et s’éloigne en suivant Alexandra. Puis elle se retourne et la religieuse la regarde en souriant des yeux.

En sortant elle interpelle Alexandra.

  • Cette sœur là, je l’ai déjà vue ailleurs, j’en suis sûre !
  • Attends, je reviens. Elle retourne dans le magasin et Alexandra l’attend en soupirant.

A son entrée, la sœur lève la tête, lui envoie un baiser  qu’elle fait glisser sur ses deux mains et lui fait un clin d’œil, puis ajustant son index sur ses lèvres émet un « Chut ! » rieur.

Fanny est ravie et a tout compris, elle répond par le même geste et rejoint son amie qui l’attend, furibonde.

  • Alors ?
  •  …rien
  • Franchement, tu espérais quoi ? Un secret ?
  • Oui, il n’y a que moi pour voir des choses comme ça
  • Je ne te le fais pas dire, même le Bon Dieu n’a pas autant d’imagination …
  • … J’ai bien peur que si…

 

              Mais Alexandra s’est déjà éloignée loin du secret de sœur Cécile.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Le rêve nourrit et embellit la vie.
bravo !
Répondre
M
Émouvante histoire, Michel
Répondre