Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

Tranhumance onirique

Tranhumance onirique

Réveil difficile : où suis-je ?

L’obscurité m’entoure. J’ai chaud. J’ai froid. Mon corps est lourd, trop lourd. Je veux me redresser mais je suis pris de vertiges… Ma tête cogne fortement le sol : je suis sur de la terre battue, sensation qui me semble bien réelle… je replonge.

Je parcours les grandes plaines du Chili, monté à cru sur Gala, mon superbe alezan. Avec les autres gauchos, nous rassemblons les troupeaux de vaches pour les amener vers de nouveaux pâturages. Resero reconnu, tous me suivent et m’obéissent sans peine. Les 4 000 têtes se meuvent soudainement dans un même mouvement comme une ola dans la foule : la transhumance est en route. Il fait beau, le soleil brille haut dans le ciel. Le piétinement de l’herbe par cet énorme troupeau envoie des effluves de paille fleurie. Je suis bien.

L’odeur du maté m’extirpe de ma torpeur langoureuse. Je ne parcours plus les plaines. Je suis assis en cercle avec mes compagnons de labeur, autour d’un feu. Ils me passent la calebasse et je tire sur la bomba. C’est fort, c’est amer. Tout autour de moi, des rires retentissent, on parle fort. Je croque ma carne con cuero que l’on me tend. La journée de travail est terminée, maintenant, nous pouvons ralentir le temps. Le temps se ralentit.

Je sens le froid d’un canon de fusil contre ma joue. Je ne sais plus : suis-je réveillé ou pas ? Je suis au bord d’une rivière où les troupeaux viennent parfois s’abreuver. Que me veut-il avec son fusil ? Je ne l’entends pas. L’herbe est verte. Le massif de la Cordillère des Andes avec ses monts enneigés se dessine au loin. Le contraste est saisissant. J’entends les oiseaux chanter, l’eau rebondir en cascades sur les roches qui lui obstruent le passage et une truite arc-en-ciel me dire : « Pourquoi as-tu fait cela ? ». C’est beau une truite arc-en-ciel…

Nouvelle odeur : celle du café qui envahit l’espace sombre. Je tente de bouger : mon corps est douloureux. Je souffre. Je ne parviens plus à réfléchir : mon cerveau est givré, anesthésié. Je tente de m’asseoir. Je suis encore sur le sol en terre battue. Je ne vois rien hormis un peu de jour au travers d’un trou dans le mur de planches. Je tâtonne. De la paille jonche le sol.

Je trouve ce que j’identifie comme étant une calebasse. Portant l’objet à mon nez, je reconnais le maté ; c’est une calebasse. Je fouille dans mes poches. Une poignée de cailloux s’y trouve… et là, je me souviens.

J’approche un caillou du jour que laisse paraitre le trou. C’est un lapis-lazuli. Ce sont des lapis-lazuli au milieu de quelques cailloux de couleur marron glacé que j’identifie comme étant des aragonites.

J’étais invité chez l’estanciero pour fêter le bon déroulement de la transhumance. En fin de repas, alors que je plaçais un énième sucre dans la cuillère percée surplombant mon verre qui se remplissait goutte à goutte d’absinthe, la junte locale a débarqué. J’ai senti ma poche droite s’alourdir juste avant de sentir le froid d’un canon de fusil sur ma joue. J’ai été assommé par la crosse de ce fusil et je me réveille maintenant dans les vapeurs d’alcool bue en nombre la veille…

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Consigne: utiliser une liste de mots en vrac :

  • Absinthe
  • Alezan
  • Arc en ciel
  • Café
  • Canon de fusil
  • Givré
  • Lapis-lazuli
  • Marron-glacé
  • Paille
  • Souffre

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article