Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

Episode 30 Sylvestre et le Couvre-feu

Episode 30 Sylvestre et le Couvre-feu

Sylvestre et le Couvre-feu

Monsieur le Ministre du couvre-feu,

 

Je sais qu’en ce moment les choses sont pas faciles pour vous, mais je voudrais quand même vous raconter les conséquences de vos décisions sur certains esprits.

Voilà :

Il y a une semaine, mon frère Sylvain vient me rendre visite avec sa femme Guillemette.

Ils avaient amené leur chienne Doucette, la sœur de Diogène et Galilée mes épagneuls bretons.

On était contents de se voir parce qu’en ce moment on voit pas grand monde.

Bref, on passe un moment ensemble avec Gillette à discuter de tout et de rien.

Puis, Sylvain m’explique :

  • J’ai un service à te demander Sylvestre,
  • Je t’écoute que je lui dis en caressant Doucette qui me regardait avec des yeux tristes,
  • Je voudrais te laisser Doucette quelques jours, parce qu’en ce moment elle va pas bien du tout,
  • Ah bon. Je la regarde et elle se met à geindre. Ben qu’est-ce qu’elle a ? Tu l’as emmenée chez le vétérinaire ?
  • Oui, il n’y a rien de spécial mais elle déprime. Figure-toi que chaque nuit vers 5h elle hurle à la mort au pied de la porte,
  • Ah bon, c’est bizarre ça, ça lui ressemble pas,
  • C’est pourquoi on a pensé qu’elle pourrait retrouver le moral si on te la laissait avec Galilée et Diogène. T’es d’accord ? Ils vont bien ?
  • Ben oui. Je vais te la retaper ta Doucette.

J’avais à peine fini ma phrase que les trois chiens se sont mis à chahuter et on a dû les lâcher dans le jardin.

  • Tu vois, elle va déjà mieux !

Donc, on a fait comme ça.

Chaque matin quand je descendais, je trouvais mes trois amis en train de ronfler ou de se détendre et la nuit s’était écoulée sans bruit. Bon, ça doit être ça, elle a eu un coup de blues.

J’appelle mon frère pour lui dire que c’était arrangé.

Quand Sylvain et Guillemette sont arrivés, Doucette a voulu sortir et elle s’est cachée au fond du jardin gardée par Galilée et Diogène.

  • Mince alors, que je dis ! Qu’est ce qui se passe ?

Du coup, Sylvain était tout contrit.

  • Qu’est que tu lui as fait ? demande Gillette
  • Rien. J’ai mon idée. C’est le couvre-feu. J’en suis sûr,
  • Quel couvre-feu ? que je demande en rejetant ma casquette en arrière, me demandant si c’était pas lui qui vrillait,
  • T’es pas bien crie Gillette. Ici aussi c’est le couvre-feu !
  • Oui, mais vous, vous n’obéissez pas, alors le couvre-feu réplique Guillemette en jetant son bras par-dessus son épaule.
  • D’abord, c’est pas qu’on obéit pas qu’elle dit, on s’adapte,
  • Mais de quoi vous parlez ? que je redemande

Gillette me regarde en haussant les épaules et d’un seul coup elle passe à l’offensive s’adressant à Sylvain et Guillemette :

  • Qu’est ce que vous faites avec le couvre-feu hein ? Expliquez-moi !

Guillemette répond :

  • A 20h pile, on se couche et on se lève à 6h, comme c’est le couvre-feu, on éteint toutes les lumières et on dort.

C’est à ce moment là que les chiens ont hurlé à la mort. Gillette s’est effondrée de rire et j’ai fait rentrer  la meute avant d’avoir des ennuis avec la maréchaussée.

  • Donc, j’ai repris. Il y a un couvre-feu depuis quand ?
  • Réveille-toi Sylvestre : tu dors devant la télé et après tu n’es pas au courant. Couvre-feu de 20h à 6h depuis des semaines !
  • Ah bon, ben vous regardez trop la télé, y a pas de couvre-feu, je me suis aperçu de rien ! Bon alors, continue Sylvain,
  • J’allais bricoler dans mon atelier et Guillemette regardait la télé jusqu’à minuit.  Puis j’accompagnais Doucette pour faire un tour de jardin avant d’aller me coucher. Et vous, qu’il demande le plus sérieusement du monde,
  • Ben, moi je regarde la télé jusqu’à environ 23h pendant que Gillette lit au lit, puis, je sors dans le jardin pour me soulager en groupe avec Diogène et Galilée. On attend un peu qu’il ait fini de regarder les étoiles et on rentre se coucher chacun dans son lit jusqu’à temps qu’on se réveille le lendemain matin.
  • Même avec le couvre-feu ?
  • Ben oui…puisque je savais même pas qu’il y avait un couvre-feu. La preuve que c’est pas bien grave puisque ma vie continue comme avant.
  • Tu vois, s’écrie Guillemette. Ils n’écoutent rien et après on va être reconfinés !
  • C’est pour ça que Doucette, ça va pas, explique Gillette. C’est le couvre-feu pas l’extinction des feux. Vous n’avez rien compris. Pour nous à Trouvert ça change rien : on n’est jamais dehors après 20h !
  • Ben alors, pourquoi y a un couvre-feu ? s’alarme Sylvain
  • C’est pour les gens de la ville. Ils s’ennuient chez eux, faut tout le temps qu’ils soient dehors,
  • Alors pourquoi un couvre-feu à Trouvert ?
  • Pour l’égalité pour tout le monde, elle répond. Même si ça calme pas les Parisiens qui râlent tout le temps dès qu’on change leurs habitudes…
  • Ben justement dit Guillemette qui se met à pleurer : si on change pas nos habitudes pendant le couvre-feu nous aussi, comment on sait que c’est le couvre-feu, hein ?!

Diogène a commencé à grogner, Galilée s’est mis à tourner en rond et Doucette est allée se planquer.

Voilà Monsieur Le Ministre, à force de faire croire au gens que leur vie doit être racontée, ils en oublient la simplicité. Il faut tout leur dire pour qu’ils vivent. Ils savent même plus quelle heure il est sans regarder une montre ou aller quelque part sans GPS.

Même les poules savent quand il faut rentrer sans qu’on leur dise et le coq chanter sans le commander.

Et pour en revenir au couvre-feu, vous leur avez fait une sacrée farce ! Ah, elle est bien bonne.

Mort de rire comme dit Victoire. Un couvre-feu là où il en a déjà un naturellement !

Vouloir faire croire aux ruraux qu’un couvre-feu va changer leur vie, qu’elle sera triste et difficile comme dans les séries télévisées où il arrive des tas de choses qui nous arrivent jamais !

Elle est bien bonne !

Même Galilée qui est le nez dans les étoiles sait bien comment la terre tourne, et c’est pas parce que les dirigeants en ont décidé autrement que ça va changer le monde ! Ah,ah, ah !

Pour une fois que vous me faites rire, fallait que je vous l’écrive. Ah, ah, ah, elle est bien bonne !

Un conseil, Monsieur Le Ministre, la prochaine fois que vous avez une idée comme ça, allez vous coucher, ça ira mieux le lendemain.

Bien à vous.

Sylvestre

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Mort de rire: effectivement, à la campagne le couvre feu est naturel
Répondre
D
Effectivement pour nous ruraux, pas de grands changements dans notre vie avec ce couvre-feu à 20 h. Maintenant, nous avons ce dernier à 18 h, mais est-ce pour autant que nous allons être chamboulés ? Je ne le pense pas, les ruraux et surtout nous les retraités sommes plus en accord avec l'horloge de la nature. 18 h à la maison, ne veut pas dire 18 h au lit dans le noir jusqu'à 6 h. Merci Catherine pour cette nouvelle lettre de M.Sylvestre, elle dédramatise la situation, nous en sourions même grâce à toi.