Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

Episode 27 Sylvestre Au jour d'aujourd'hui

Episode 27 Sylvestre Au jour d'aujourd'hui

 

Monsieur le Ministre de la langue française,

Je vous écris parce qu’il y a quelque chose qui va pas. Je vous raconte :

Hier, je reçois un coup de fil de ma tante Maya qui a 91 ans. Toujours bon pied bon œil. Elle me dit à 5 heures du matin :

  • Bonjour Sylvestre. Je t’appelle parce qu’il faut que tu viennes, mon appareil auditif arrête pas de faire de la friture et ça me gêne.
  • Ah bon, que je réponds, ensommeillé et en pyjama.
  • Habille-toi et rapplique, je connais la cause de la friture.
  • Bon, que je dis, j’arrive.

Quand je suis arrivé, un calme étrange régnait dans la maison : pas de radio, ni de télévision et même les téléphones portables et les ordinateurs étaient éteints. Attila ronflait comme un sonneur dans son panier. Diogène m’a regardé d’un air sombre comme pour dire : c’est grave !

Je le regardais quand Tant Maya me dit :

  • Même lui n’en peut plus, c’est dire comme c’est grave !
  • Quel rapport entre ton appareil auditif et Attila ?

Alors, brusquement elle s’est mise à crier :

  • C’est à cause d’un mot qu’on en peut plus : il nous écorche les oreilles. A croire que plus on dit qu’il n’existe pas, plus on l’entend. Ils le font exprès pour nous isoler encore plus ou quoi. C’est pire que le virus ce mot-là. Il faut que tu écrives au ministre !!!

Elle criait tellement que j’en ai perdu ma casquette et Diogène s’est mis les pattes sur les yeux pour atténuer le bruit.

  • On n’écoute plus la radio, on regarde plus la télé, on va plus sur Facebook, pourtant c’est pas piqué des hannetons Facebook, on écoute plus nos messages. On fait la grève des médias et de la communication !
  • Bon, je dis en m’asseyant pour me préparer, quel mot ?

Et en trépignant, elle dit en articulant :

  • Au jour d’aujourd’hui !!!!

Attila s’est mis à feuler, Diogène à grogner, Galilée s’est mis à tourner en rond en gémissant et Saturnin à grincer des dents.

  • Aïe, que j’ai répondu, c’est long et c’est pas beau.
  • Surtout, ce n’est pas français !
  • T’es sûre ?
  • Et comment je suis sûre. C’est pas parce que je suis une vieille anarchiste que je connais pas les mots du dictionnaire. « Aujourd’hui » est déjà un pléonasme. Il vient d’un mot latin ancien disparu « hui » qui signifie, le jour où on est, donc le jour d’hui signifie ce jour d’hui qui pouvait s’employer avec « pour le jour d’hui » ou « au jour d’hui » au XIVème siècle qui est devenu « aujourd’hui ». Ça s’appelle une lexicalisation quand un groupe de mots devient un seul mot, tu me suis ?
  •  ….
  • Bref, quand on dit au jour d’aujourd’hui on fait deux pléonasmes. Même Word le sait : il en veut pas. C’est pas possible cette société où dès qu’on fait quelque chose, on accumule ! Faut que t’écrive au ministre. Il faut faire quelque chose. Mon appareil auditif vrille sans arrêt. Ça doit bien exister un Ministre de la Langue française, y en a tellement dont on sait pas ce qu’ils font que celui-là doit bien être quelque part sans qu’on le sache.
  • Pourquoi t’écris pas, tu sauras mieux expliquer que moi, parce que à part que c’est pas français, j’ai pas tout compris ?
  • Tu sais bien que je parle pas à ces gens là et puis moi, je n’ai plus d’avenir et tout le monde en a rien à faire de moi et de mon passé, alors comment je fais pour leur parler du présent ?

En plus, j’ai pas d’économies, je ne les intéresse pas : ils peuvent pas écumer ma famille puisque je suis en pleine forme et même pas en maison de retraite. Tandis que toi, Sylvestre, un jeune retraité, t’es un contribuable pas malade, tu te fais beau pour aller voter et t’es même bénévole dans une association. Tu peux leur parler, t’es dans les clous. Toi, tu peux encore leur servir…

Et puis, « au jour d’aujourd’hui », si tu savais comme c’est long à écrire. C’est pas étonnant que les gens aiment plus écrire : ils inventent des mots qui occupent déjà une ligne, ça prend du temps et pour le dire et l’entendre aussi. On ne sait plus faire dans le nécessaire, on vit au-dessus de nos moyens et après on dit qu’on a le temps de rien !

  • Qu’est-ce que tu veux que je lui demande au ministre ?
  • Dis-lui d’abolir ce mot : ils savent créer des taxes à tout va, des amendes pour rien et des peines de prison pour une vitrine cassée alors que des criminels et des voleurs vivent en toute liberté. Dis-leur que les mots peuvent rendre malade et même tuer ! Je te connais tu sauras trouver les phrases.

Tu me donneras un double de ta lettre et tu me montreras la réponse. Je lui laisse quinze jours. A mon âge, les délais sont courts.

  • Et si je n’ai pas gain de cause ?
  • J’aviserai…

Voilà Monsieur le Ministre, je vous ai tout raconté. Je suis bien embêté parce qu’il va falloir lui donner une réponse et si c’est pas vous qui le faites, ce sera moi en votre nom et peut-être que ça va pas vous plaire, parce que comment je fais moi pour qu’elle entende plus ce mot ?

J’écris à Laurent Delahousse pour qu’il l’annonce au journal télévisé QUE CE MOT LA N’EXISTE PAS ! ?

Et à qui je demande d’arrêter de martyriser les vieux ? Parce que le « J’aviserai » dans la bouche de Tante Maya, vous savez pas ce que ça veut dire !

En plus, je vais être obligé d’écrire une autre lettre que celle-ci parce que Tante Maya, elle croira jamais qu’on peut pas obtenir ce qu’on veut si on casse pas tout, même avec des mots !

 

Sylvestre

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Que tante Maya remette les pendules à l'heure !!!!!!!!!!!!!!!
Je ne suis pas certaine que cette expression ait son aval.
Répondre
M
Super page, merci :) au plaisir de vous voir sur mon blog. https://maxence-animalerie.blogspot.com/
Répondre