Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

Episode 24 Sylvestre et les masques

Episode 24 Sylvestre et les masques

 

Bonjour Monsieur le Ministre des masques,

 

Bon, j’ai eu beaucoup de mal à vous trouver. Comme je savais pas où envoyer ma lettre, j’ai demandé à mon neveu Loulou qui m’a dit où vous trouver. J’ai été étonné de savoir qu’y avait pas longtemps que vous existiez. Tout d’abord, j’ai pensé que c’était parce que vous portiez un masque que je vous connaissais pas. Mais non.

C’est normal m’a dit Loulou parce qu’avant, on avait pas besoin de vous. Et comme je n’ai pas d’adresse précise, il vous transmettra.

Voilà, je m’appelle Sylvestre et j’habite Trouvert en Brie dans un hameau près du Petit Morin. Il parait que ça fait partie de l’Ile de France. Je sais vraiment pas pourquoi, ici, c’est la campagne.

Loulou m’a dit, je résume :

« En France, on souffre déjà du chômage, de la pauvreté, de l’injustice sociale et de la mal bouffe qui rend les gens malades et qui provoque des maladies non contagieuses. Là, le gouvernement gère à sa manière pour ménager ceux qui gagnent beaucoup d’argent à empoisonner les uns pour que les autres s’en sortent un peu. C’est pour ça qu’il y a une autre maladie qui se répand, le consumérisme. Mais si elle est très contagieuse, c’est bon pour l’économie. Alors, on la laisse se propager en demandant aux Français d’être responsables pour pas rendre les dirigeants trop coupables.

Bref, pas besoin de masques pour tout cela. Et d’un seul coup, un virus vient déranger tout le travail mis en place depuis des décennies de capitalisme. Il a fallu improviser… et les Français ont dû se débrouiller pour se protéger. Ils manquerait plus qu’ils votent écologistes aux prochaines élections et il va falloir redoubler d’imagination pour capitaliser ! »

Bon, j’ai pas tout compris mais ce que j’ai retenu, Monsieur le Ministre, c’est que Loulou a parlé du fameux système D qui nous caractérise tant. D’ailleurs, on prête aux Français plein de défauts à commencer par leur indiscipline mais j’ai quand même l’impression que les dirigeants sont pas plus organisés que le bas peuple. Et après tout, ce sont les premiers des Français…

Et pour revenir à notre indiscipline, je les ai trouvés plutôt dociles, les Français.

Remarquez, c’était pour rester à la maison, ça explique peut-être…

Ils ont une fois de plus fait preuve de créativité et ça vous pouvez pas leur reprocher et vous devriez vous en inspirer.

Moi, ce que je vous reproche, c’est de les avoir fait travailler pour coudre des masques et je sais de quoi je parle : j’ai dû me retrancher dans ma cabane de jardin pour échapper au service du travail obligatoire. Et puis, aujourd’hui que le virus lâche un peu prise et qu’il est parti on ne sait pas où, on nous rend les masques obligatoires. Remarquez, on en trouve partout maintenant et vous savez d’où ils viennent ? De Chine ! C’est marqué sur les emballages !

Et tous ceux qui ont été fabriqués en France, hein, ils sont où ? Vous les avez refilés aux Chinois ?

Ils vont se faire un plaisir de nous les revendre et après vous nous direz qu’il faut faire des économies !

Ben, vous savez quoi ? Je vous confierais pas mon porte-monnaie !

De toute façon, j’ai pas l’intention de mettre ça sur mon museau. Si vous croyez qu’on va m’empêcher de parler, vous pouvez toujours rêver !

Et puis, y a quelque chose qui va pas avec les masques : ça tire sur les oreilles à les décoller et ça les ferme. Alors, résultat, on entend pas bien ce que dit l’autre.

A mon avis, les élus, ils devaient déjà utiliser les masques bien avant le virus sans qu’on le sache parce qu’on comprend jamais ce qu’ils disent et quand on leur parle ils entendent pas !

Alors, c’était vraiment pas la peine d’en faire coudre aux bénévoles et d’en acheter en Chine parce que y a longtemps que vous en avez !

 

Sylvestre

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Monsieur Sylvestre,
Je ne sais pas pourquoi, mais mon esprit s’était endormi : oubliés l’incompréhension, l’information et la controverse, l’intérêt de suivre l’évolution de cette bête immonde qu’est le Covid 19 et la révolte face à la bêtise humaine. Mes réflexions avaient pris peut-être déjà le chemin des vacances où l’on remet tout au lendemain en se disant :
« Aujourd'hui peut-être, ou alors demain.
Ce sacré soleil me donne la flemme »

Ou alors, le désespoir, la honte et le dégoût m’avaient fait perdre toute envie de manifester ma colère, mon mépris et ma lassitude. Toujours est-il que je m’étais tournée vers des plaisirs simples, confortables comme le jardinage et les randonnées solitaires pour ne plus être confrontée aux vilenies de notre monde. Même l’écriture s’était mise en congé : il ne fallait surtout pas que les mots s’éveillent, s’échappent et viennent me titiller, me réanimer, et m’amènent à cracher les flammes d’une haine retenue.

Monsieur Sylvestre vous avez donné un sacré coup de godillots dans une belle fourmilière de corrompus, d’incapables, de donneurs de leçons, d’hypocrites et de voleurs (excusez-moi pour ma vulgarité qui suit) « des mange merde ». Ils nous dirigent, nous volent, nous briment depuis des décennies et nous baissons la tête… Pauvres moutons que nous sommes aux portes de l’abattoir sans une once de rébellion et surtout d’espoir.

Je vous en veux Monsieur Sylvestre pour ce réveil brutal, mais je dois reconnaître que cela fait aussi du bien de crier ma colère au lieu de la ruminer sans espoir de la digérer. Encore une fois je suis tout à fait d’accord avec vous et mon esprit chagrin ne prend pas vos propos à la légère, bien au contraire.
Répondre