Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

La Passion de Sophie

La Passion de Sophie

S'il est un endroit où les idées s'envolent et se sèment en ce moment, c'est bien au creux du jardin.

A printemps exceptionnel, honneur exceptionnel à ce lieu de vie.

Même la technique d'écriture du chiasme y a trouvé sa place.

C'est vous dire si la nature nous est indispensable pour écrire.

Bonne visite...

 

La passion de Sophie

 

 

 

Sophie ne vivait que pour son jardin. Elle habitait dans la maison où elle était née. D’emblée elle s’était approprié le bout de terrain sans rien laisser à ses frères et sœurs. Depuis bien longtemps déjà, ceux-ci s’étaient envolés comme des moineaux. Seule elle vivait au milieu de ses fleurs et de son potager. Chaque matin, elle visitait son fief comme une reine fière de son royaume.

Elle avait planté les cactées au sud, au nord régnaient les pensées, immuables qui sans frémir passaient l’hiver. Au printemps apparaissaient les violettes.

Elle se promenait avec lenteur, observant le moindre défaut et avec méthodologie inspectait les allées désherbées. Elle commençait toujours par le haut, le bas était gardé comme une gourmandise, c’est là que vivaient ses fleurs.

Elle allait ainsi pendant des heures jetant son regard à l’avant, à l’arrière quand il accrochait sur une incongruité : une mauvaise herbe oubliée, une branche cassée qu’il fallait enlever.

Elle sortait de bonne heure quelle que soit la saison. D’ailleurs elle avait appris à aimer l’hiver grâce à son jardin. Elle admirait le givre sur les branches dénudées et qui blanchissait le ciel et l’horizon. Elle ne craignait pas le froid, le chaud avait ses défauts aussi : il abattait les volontés comme le boucher un bœuf bon à manger.

Elle se baissait sur chaque légume, chaque fleur, pour y déloger les intrus qui auraient pu élire domicile à son insu. Elle soulevait les feuilles pour voir le dessous, le dessus était inspecté aussi avec un regard aigu de jardinière expérimentée. Elle savait bien que ce qui se trouvait sous les yeux n’apparaissaient pas toujours si aisément.

Elle trottait dans son domaine, son pas de femme résolue accompagnait le chant des oiseaux qu’elle affectionnait aussi.

 

Son chat Caramel sur les talons, elle se sentait en sécurité. Souvent, Caramel s’asseyait, comme pour faire une pause, il tournait toujours la tête d’abord à droite, à gauche ensuite comme pour faire croire que le nid construit dans un petit arbre là, à portée de griffe, l’indifférait complètement. Mais Sophie n’était pas dupe et lui avait déjà expliqué qu’il ne devait pas croquer les oiseaux même si l’envie s’en faisait sentir.

Caramel regardait sa maîtresse avec désolation mais aussi avec adoration. Elle ne connaissait que le bien, le mal régnait ailleurs. Ah ! si seulement elle avait été chatte !

Ainsi se passait l’aller, le retour encore un peu plus lent. Sophie n’était jamais pressée de rentrer dans sa maison pour y accomplir les tâches domestiques qui l’y attendaient.

Quand il fallait bien les accomplir, elle s’interrompait souvent et regardait par la fenêtre son héritage. Il lui arrivait maintes fois de repasser un vêtement sur l’envers, l’endroit attendrait un peu. Elle lâchait prise et soupirait. Caramel aussi. Dans ces moments-là, il reposait sur sa couverture polaire où il passait des heures de repos, étalant son ventre rebondi, attendant la caresse qui le ferait ronronner de plaisir.

Après maints soupirs Sophie ne résistait plus, elle enfilait un gilet, sortait faisait mine de regarder devant la maison, derrière se trouvait le fabuleux jardin aux mille couleurs et aux odeurs indéfinissables dont elle ne lassait jamais.

 

 

Catherine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Une belle histoire ! J'aime !
Répondre
C
Une bien belle balade dans ce jardin, une balade qui me rappelle beaucoup les miennes. J'aime !
Répondre