Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
desmotsdebrie

Atelier d'écriture créative, écriture partagée, en groupe, littérature, poésie, nouvelles, apprentissage techniques d'écriture,exemples de contrainte d'écriture

Les poires d'engoule

Les poires d'engoule

 

Monsieur alerté par le bruit

De la danse des motos ronflantes

Prudemment sort de son logis

Regarder cette ronde lancinante.

 

Madame promène son canidé

Près des pâquerettes odorantes.

Des relents lui donnent l’idée

D’y déposer sa portion puante.

 

Monsieur , hardi, se  plaint du bruit.

Monsieur se plaint de la jeunesse.

Madame n’en a pas après autrui.

Madame reconnait la détresse.

 

Monsieur suggère quelques options

Pour initier les jeunes années

A un labeur d’éducation.

Madame s’exaspère, échauffée.

 

A son tour d’entamer sa plainte :

Charger le Briard déplaisant

Et vertement lancer sa pointe

Au voisin peu compatissant.

 

Mais heureusement pour Madame,

C’est un grand défaut pour Monsieur

Elle n’a pas la Brie dans son âme.

De se plaindre, il est audacieux.

 

Le Briard comprend son état :

Il est un vrai Briard en Brie

Personne n’est à l’abri !

Mais il n’est pas indélicat.

 

Et avec une politesse gaie,

Venue de son bon caractère

A la mégère lance ses souhaits

De bonne fin de journée prospère.

 

Elle dit merci, autoritaire,

Cours au logis au pas de l’oie.

Derrière elle, le chien obtempère

Sans choix, il suit en restant coi.

 

En France, la Brie est une grande Île

Vous ne le saviez pas Madame ?

Paris aime la Brie, ainsi soit-il !

C’est son grenier, il le réclame.

De son lait au temps du grand Roi,

De son eau pour toujours, elle vit.

Ainsi Paris a fait son choix,

Ne vous en déplaise, c’est ainsi.

 

Au fin fond de sa belle verdure

Les écrivains s’y inspirent bien.

Dans sa quiétude font une vraie cure,

Quel que soit le Briard voisin.

 

Et puis, le béret basque il porte.

A son ami chien, dans le jardin

Il ouvre l’espace grand de la porte

Non pas le trottoir citadin.

 

Si le chant joyeux des oiseaux

Résonne à son oreille champêtre

Bien mieux que le bruit des motos

C’est qu’il reconnait le bien-être.

 

Alors Madame, l’anti briard,

Vous qui venez d’un autre lieu,

Allumez très grand votre phare,

Sur vos propos peu élogieux.

 

Si ses idées ne vous vont point,

Plutôt que vous chauffer l’esprit

Soyez  sage et partez à point

Tel l’aurait dit Jeannot en Brie.

 

J’affûte mon effronté crayon

Moi, le témoin de cette histoire

Pour cette brève élucubration.

Puisse-t-elle ne pas briser l’espoir

 

Que les esprits, briards ou pas

Pourront planter toutes leurs racines

En cette terre riche, sans embarras,

Pour que la parole se raffine.

 

Cependant mon esprit curieux

Qui s’est régalé de la scène

Toujours tenté d’écrire onctueux

Convoite de terminer sans haine.

 

A Madame, je dis grand merci

De m’avoir offert sa sottise

Sans lésiner, telle une furie

Pour concocter une Briardise.

 

*dans le patois briard : lancer des poires d’engoules, c’est lancer des insinuations blessantes pour l’interlocuteur.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cette petite scène m'a beaucoup amusée et je me devais de l'écrire. Décidément, les Briards donnent beaucoup d'idées....

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article